Le GR 20 sud au jour le jour

Voici un petit carnet de route sur la partie sud du GR 20, de Conca au jusqu'à Vizzavona.

1er jour : de Conca au refuge de Paliri

départ 8h, arrivée 18h
C'est la première étape : une sérieuse mise en jambe.

Après la petite descente, il y a un joli point baignade. Faire la pause de midi là me semble difficile vu ce qui reste encore à marcher (mais quand on fait l'étape dans l'autre sens, ça doit ètre possible).
Le premier point sur le guide (les ruines des bergeries) se fait attendre très longtemps. En fait elles apparaissentt au dernier moment après un virage. Il y a un point d'eau à coté (enfin, un peu loin quand même) dont l'accès est balisé avec des points blancs. Il y a aussi une "poubelle" qui n'est qu'un incinérateur dont les déchets sont jetés juste devant.
Après avoir changé trois ou quatre fois de paysage on attaque la dernière côte (bien bourrine), qui elle encore semble ne jamais finir. et le refuge ne se voit qu'au dernier moment.

Le refuge est très petit, il n'y a ni ravitaillement possible, ni emplacements pour les tentes au "bivouac aménagé" et il y a peu d'endroits vraiment plats. Il y a une douche (en contrebas), 2 grosses buses de gaz dans un semi-abris, des toilettes à la turc et un point vaisselle.

Remarque : la durée indiquée sur le guide pour aller des ruines au refuge me parait un peu sous-évaluée car elle ne prends pas en compte le fait qu'il y plusieurs montées-descentes, avec une descente dans des gros rochers qui est pénible.

2ème jour : du refuge de Paliri au col de Bavella.

Ça monte puis ça descends ; c'est sans aucun problème. Il y a un ravitaillement possible au col, mais il n'y a pas de vrai pain (seulement du pain de mie) ni de produit se concervant au frais. En fait à part les 2 auberges, le gîte et l'alimentation, il ne semble pas y avoir grand chose.
Nous avons dormi à l'auberge "le Refuge" :

3ème jour : du Col de Bavella au refuge d'Ascinau

départ 7h, arrivée 14h30 (grande pause à midi)

La descente se fait dans de gros rochers passe devant 2 sources puis remonte a l'ombre (c'est rare). Juste avant la grosse montée au refuge il y a un point baignade qui avait l'air fort sympathique (que je n'ai malheureusement pas pu tester, étant donné qu'il étaitoccupé par des nudistes). Cependant il y a bien 1/2h - 3/4h de montée raide derrière ...

Au refuge, il y a un minimum de ravitaillement possible (chocolat, bicuits...) et, certains soirs, on peut y avoir un repas léger (soupe voire plus ?). Il y a, là bas aussi 2 bruleurs à gaz, mais à l'intérieur cette fois.
Les emplacements pour les tentes sont assez bien aménagé (c'est plus ou moins plat, mais on voit que des efforts ont été faits). Le débit de la douche est convenable (était-ce par ce qu'on a pris notre douche tôt ?) et il y a un point vaisselle abrité plus deux WC.

4ème jour : du refuge d'Ascinau au refuge d'Usciolu

départ 6h, arrivée 17h30 (pause d'1 heure à midi + repas)

La montée de deux heures au début se passe sans problème à la fraiche (en partant à 6h, on a fait pratiquement toute l'ascencion à l'ombre (et en pull). La descente se fait tranquilement sans problème en passant par une source (mi-descente) et par les ruines d'un ancien refuge. Arrivé aux ruines, il y a un panneau indiquant une aire de bivouac (si le bivouac est vraiment autorisé là ça permettrait de bien couper la journée).
La descente se poursuit ensuite sous les arbres jusqu'à un pont suspendu dans le pur esprit "Indiana Jones". De là on arrive en peu de temps au carrefour (bifurcation pour Zicavo). Ensuite on passe par un plateau valloné tout à fait enchanteur avant d'arriver à une forêt d'ormes (dont pleins sont déracinés, c'est étrange).
Le chemin commence à remonter, passe par une source puis sous des petits arbres torturés avant d'arriver sur les crêtes. Les crêtes sont longues (on marche depuis longtemps), le GR est parfois compliqué à suivre, mais le temps estimé sur le guide est correct (pour une fois).


Au refuge, il y a des emplacements pour les tentes (que nous n'avons pas testés, mais qui me semblent très caillouteux), 2 gros bruleurs à l'extérieur et 4 plus petits dans la salle commune. Le débit de la douche est faible. Il y a beaucoup de ravitaillement disponible au refuge (le gardien descends avec 3 chevaux tous les jours au village) : pommes, orange, pain, fromage, biscuits etc. On peut manger au refuge un gros plat de pâtes avec des carottes et de la viande, c'est assez apréciable.

5ème jour : du refuge d'Usciolu au refuge de Prati

départ 7h, arrivée 16h

L'étape se passe pratiquement entierement sur les crêtes. On commence par monter un peu puis le sentier devient un peu difficile à suivre en longeant on ne peut mieux la crête. La descente vers le col de Laparo est, comme toujours, longue ; la remontée commence doucement mais devient rapidement assez dure (peut-être parce qu'on a beaucoup souffert du vent). Au sommet, il doit il y avoir une belle vue sur la mer (nous, nous étions dans les nuages) avant de redescendre rapidement sur le refuge.

Le refuge est tout neuf (il avait brulé en octobre 1999), la douche est faible, très froide (surtout à cause des courants d'air). Là aussi, il y a un ravitaillement conséquent (fromage, biscuits, charcuterie) et le gardien (super sympa) peut servir un repas complet (assiete de charcuterie + viande + pâtes + fromage). Il y deux bruleurs à l'intérieur et il y en a à l'extérieur. Il y a aussi un évier à disposition (au moins pour ceux qui dorment dans le refuge si il y a beaucoup trop monde) dans la salle commune.

6ème jour : du refuge de Prati au col de Verde

départ 13h30, arrivée 15h30

Ça descends, c'est tout

On peut camper au col de Verde (camping et refuge privé), l'endroit n'est pas top : il y a peu de place, des cailloux, de la poussière qui fait une sorte de boue le matin ; mais on peut avoir une douche chaude et c'est pas trop cher pour un camping privé. Il y a un minimum de ravitaillement (pâtes, riz, thon, grany, fruit ...). Le repas servi au refuge était très bon et nous a changé de ce qu'on avait mangé avant.

7ème jour : du col de Verde aux bergeries de Capanelle

départ 7h30, arrivée 14h30

Le GR monte, passe à travers une forêt de grands arbres avant d'arriver au plateau. Le chemin descends alors légerement en restant assez monotone puis remonte au moment où on croise la route ; à ce moment le chemin devient très raide et remonte lentement jusqu'au bergeries.
Le guide indique 2h30 du plateau aux bergeries, je penche plutôt pour un peu plus de trois heures...

Le refuge ? ... peut-on encore le nommer ainsi ? Il y a deux petits bruleurs, pas de toilettes (enfin ... les toilettes c'est derrière le refuge, c'est poétique). Vu que le point d'eau est assez éloigné l'état de propreté laisse à désirer. Le refuge n'est pas gardé ; c'est le refuge privé (à 170F/pers en demi-pension) qui se charge de récupérer l'argent (et de s'occuper du refuge ?); mais quand on est passé il refusait de le faire car il voulait faire savoir aux responsables du parc régional que des randonneurs s'étaient plaints ...

8ème jour : des bergeries de Capanelle à Vizzavona

Le GR longe la route avant une rapide descente en sous-bois (on nous a dit qu'elle était terrible dans l'autre sens) puis on passe le col avant de descendre sur Vizzavona. En arrivant sur le large chemin forestier, on trouve pas mal de fraise des bois.
Une fois arrivé en bas, on peut commencer un peu la partie nord du GR jusqu'a arriver à la cascade des Anglais, c'est super beau et on peu s'y baigner, l'eau est moins froide qu'on ne le pense.


Le café de la gare fait refuge ; le bivouac est libre (mais sans point d'eau ...) et nous avons été dans un dortoir aménagé pour les randonneurs dans un hotel avec un super repas.

Retour à la page principale
Retour à la page randonnée